Football Club de Labattoir : site officiel du club de foot de LABATTOIR - footeo

La ligue de football « frappe fort » face à une crise sans précédent

24 septembre 2014 - 10:23

Après les échauffourées


Violences: La ligue de football « frappe fort » face à une crise sans précédent

Publié le Mercredi 24 septembre 2014 à 5:00 
Aucun commentaire

Lourdes sanctions pour les clubs de football de Majicavo-Koropa et Kawéni. Le match les opposant avait été le déclencheur de la série de violences de ces derniers jours dans le nord de Mamoudzou. La ligue a « frappé fort ».

Le siège de la ligue de Mayotte de football

Le siège de la ligue de Mayotte de football

«A l’unanimité, le comité directeur de la ligue de football condamne fermement ces actes et déclare que le football ne doit pas être pris en otages par des querelles extérieures.» C’est la première réaction officielle de la ligue de football de Mayotte après les événements de ces derniers jours. Après le comité directeur ce lundi, ce sont les instances disciplinaires de la ligue qui ont annoncé leur décision. Les sanctions sont lourdes.

La commission de discipline a suspendu les terrains du FC Majicavo Koropa (toutes catégories confondues) et de l’ASC Kawéni (pour les U18 et séniors). Sont également suspendus pour chacune des équipe cinq dirigeants, éducateurs et le capitaine inscrits sur la feuille de match, auxquels s’ajoute le joueur de l’ASC Kawéni «portant le dossard n°10 ayant porté des coups de pied volontaires à un joueur de FC Majicavo Koropa».

Par ailleurs, le club FC Majicavo Koropa a été disqualifié de toutes les rencontres de la Coupe de France Régionale et de la Coupe de Mayotte.
Quant aux déplacements futurs de l’équipe, ils ne pourront se faire qu’avec une délégation sportive de moins de 19 personnes (joueurs inclus).
Enfin, tous les matchs (toute catégorie confondue) du vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 septembre 2014 sont annulés.

Le sport doit rassembler

La ligue a donc choisi de taper du poing sur la table et a suivi l’avis de la préfecture qui auvait invité l’instance sportive «à frapper fort».
«La situation est grave. Il fallait trouver la juste réponse pour ne pas laisser un sentiment de laxisme», explique Chadhouli Touli, de la ligue de football de Mayotte.

«Ce qui s’est passé est à l’opposé de l’image rassembleuse que veut porter la ligue, et que le football doit porter. Le sport doit unir les gens et pas le contraire.» Chadhouli Touli reste, comme la plupart des Mahorais estomaqué par l’ampleur de la crise. «Je n’ai jamais vu ça de ma vie. On a connu des bagarres et de grandes tensions, mais aller jusqu’à avoir des chombos, jusqu’à brûler des maisons, c’est quelque chose d’inimaginable.»

Le président du club de Koropa craint pour sa famille

Tout aussi stupéfiant est le climat qui continue de régner à Majicavo-Koropa. Le président du club de football a emmené sa famille dans un autre village après l’agression dont a été victime un de ses fils lundi, qui a dû être hospitalisé. Impossible de savoir formellement s’il existe un lien avec les échauffourées, mais la rumeur publique a pourtant relié les deux événements.

Cette première décision de la ligue est « conservatoire », la décision finale devant être prise avant deux mois. Ce n’est que lors de cette dernière décision que l’on saura ce que deviendra le fameux match de samedi dernier. Interrompu à la 76e minute, sur un score de 3 à 0 pour Koropa, sera-t-il validé, annulé ou rejoué ?
On devrait également connaître, à ce moment-là, le sort réservé à deux autres équipes. Mzouazia et Bouéni sont également sur la sellette après des bagarres intervenues au début de la saison.
RR
Le Journal de Mayotte

Commentaires